Corrida pédestre internationale de Houilles

Corrida pédestre internationale de Houilles

Depuis sa création en 1972, la Corrida pédestre internationale de Houilles porte bien son nom. En effet, peu de courses sur route en France, voire même en Europe, peuvent s’enorgueillir d’offrir au public un plateau d’athlètes internationaux d’aussi haut niveau.

Le sport dans la rue

L’histoire de la Corrida pédestre internationale de Houilles est celle d’une idée audacieuse lancée il y a plus de 40 ans alors que les courses sur route en France se comptaient sur les doigts de la main. Devenue au fil des éditions, la course la plus recherchée par les athlètes internationaux de renom, elle fait désormais partie intégrante du patrimoine de l’athlétisme français. Cette épreuve hors-stade est inspirée de la fameuse course brésilienne traditionnellement organisée le dernier jour de l’année à Sao Paulo.

La Corrida pédestre labellisée

La corrida pédestre internationale de Houilles a reçu le certificat IAAF Road Race Silver Label décerné par la fédération française d’athlétisme. Un label qui regroupe les meilleures compétitions mondiales hors-stade dans les épreuves du marathon, du semi-marathon et d’autres courses sur route de 5 à 20 km. En France, la Corrida est la seule course sur route de 10 km à avoir cette distinction. En plus de faire partie intégrante du patrimoine de l’athlétisme français, la Corrida confirme son statut de course parmi les plus prestigieuses auprès des athlètes internationaux. 

L'histoire de la course

La Corrida pédestre de Houilles ne s’est pas faite en un jour. Ce n’est qu’au fil des éditions qu’elle est devenue une course sur route de renommée internationale.

En 1972 , la Corrida de Houilles est une course franco-française qui se dispute sur un parcours de 9,6 km. Il faudra attendre 1992 pour qu’elle soit homologuée et qualificative pour les championnats de France. La distance passant ainsi de 9,6 km à 10 km, selon les critères de qualification de la FFA . Construite sur le modèle de la célèbre Corrida de São Paulo, la 1re édition de la Corrida de Houilles est un véritable succès. Lors de cette 1re édition, Alain Mimoun (vainqueur du marathon aux JO de Melbourne en 1956) termine, malgré ses 52 ans, à la 8e place, à 1’18 du premier.

L’épreuve évolue et commence à s’ouvrir aux coureurs étrangers.

En 1974 , le Polonais Bronislaw Malinowski remporte la 3e édition. Alors que la CRS no1, escorte officielle du président de la République, assure l’animation dans les rues de la ville avec son peloton acrobatique de motards. De son côté, la SPA, pour la 3e année consécutive, avertit les organisateurs de la course qu’« il faut protéger ces pauvres bêtes, victimes innocentes de la corrida »! En 1975, pour la 4e édition, La Poste s’interdit d’utiliser le mot « corrida » dans le libellé de la première flamme d’oblitération relatant l’événement; il sera remplacé par celui de « cross ». Désormais annoncée par la presse comme la course reine de fin d’année, la Corrida de Houilles séduit de plus en plus de coureurs.

En 1978 , lors de la 7e édition, face à leur nombre croissant, les organisateurs de la course (Comité des fêtes, SOH et Celtic) décident de scinder l’épreuve en deux : la Course des As et la Course populaire. La Corrida pédestre de Houilles devient alors ce brassage des genres où se côtoient coureurs amateurs et rois du macadam.

Placée sous le signe de l’hommage à Victor Schœlcher et à la défense des droits de l’homme, l’année 1997 marque le 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage. Pour cet événement, il fallait bien la venue d’un parrain prestigieux. Ce sera Marcel Cerdan junior.

En 1999 , une tempête provoque l’annulation de la course. Face aux dégâts considérables engendrés par la catastrophe, bénévoles et coureurs apportent spontanément leur aide pour déblayer les rues de la ville. Bel exemple de solidarité qui résume à lui seul l’esprit de cette course unique. Mais tout cela n’entamera en rien le moral des organisateurs, qui pensent déjà aux prochaines éditions.

Depuis, elle court, elle court… la Corrida de Houilles, dans le cœur des coureurs de 16 à 77 ans.

 

 

Le palmarès de la course des As

La Course des As a consacré de nombreux champions depuis sa création en 1972.

Certains noms sont restés inscrits au palmarès ovillois: les Français Jean-Yves Le Flohic (premier vainqueur de l’épreuve) et Jacky Boxberger (champion d’Europe du 1500 m), le Marocain Khalid Skah (champion olympique du 10 000), le Kényan Sammy Kipketer (ancien champion du monde de semi-marathon), l’Éthiopien Gebreselassie (double champion olympique du 10 000) ou encore le dernier vainqueur de l’édition 2011, l’Éthiopien Imane Merga (champion du monde de cross-country).

Pour certains d’entre eux, encore inconnus en Europe, la Corrida a été un véritable tremplin dans leur carrière d’athlète.

Hommes

 

  • 1972 : Le Flohic (France)

  • 1973 : Lucien Rault (France)

  • 1974 : Bronislaw Malinowski (Pologne)

  • 1975 : Jos Hermens (Pays-Bas)

  • 1976 : Markus Ryffel (Suisse)

  • 1977 : Jacky Boxberger (France)

  • 1978 : Jacky Boxberger (France)

  • 1979 : Jacky Boxberger (France)

  • 1980 : Jerry Deegan (Irlande)

  • 1981: Radhouane Bouster (France)

  • 1982 : Jacky Boxberger (France)

  • 1983 (1 er janvier 1984) : Fernando Mamede (Portugal)

  • 1984 : Fernando Mamede (Portugal)

  • 1985 : Fernando Mamede (Portugal)

  • 1986 : Paul Arpin (France)

  • 1987 : Paul Arpin (France)

  • 1988 (1 er janvier 1989) : Khalid Skah (Maroc)

  • 1989 : Khalid Skah (Maroc)

  • 1990 : Khalid Skah (Maroc)

  • 1991 : Khalid Skah (Maroc)

  • 1992 : Khalid Skah (Maroc)

  • 1993 : Khalid Skah (Maroc)

  • 1994 (1 er janvier 1995) : Haile Gebreselassie (Éthiopie)

  • 1995 : Khalid Skah (Maroc)

  • 1996 : Hassan Lahssini (Maroc)

  • 1997 : Khalid Skah (Maroc)

  • 1998 : Girma Tola (Éthiopie)

  • 1999 : Épreuve annulée

  • 2000 (1 er janvier 2001) : Sammy Kipketer (Kenya)

  • 2001 : Benjamin Limo (Kenya)

  • 2002 : Sammy Kipketer (Kenya)

  • 2003 : Mulugeta Wondimu (Éthiopie)

  • 2004 : Jaouad Gharib (Maroc)

  • 2005 (1 er janvier 2006) : Sileshi Sihine (Éthiopie)

  • 2006 : Micah Kogo (Kenya)

  • 2007 : Micah Kogo (Kenya)

  • 2008 : Micah Kogo (Kenya)

  • 2009 : Joseph Ebuya (Kenya)

  • 2010 : Imane Merga (Éthiopie)

  • 2011 : Edwin Soi (Kenya)

  • 2012 : Berhanu Legesse (Éthiopie)

  • 2013 : Cornelius Kangogo (Kenya)

  • 2014 : Victor Chumo (Kenya)

  • 2015 : Cornelius Kangogo (Kenya)

  • 2016 : Cornelius Kangogo (Kenya)

  • 2017 : Julien Wanders (Suisse)

  • 2018 : Julien Wanders (Suisse)

 

Femmes

 

  • 1986 : Ingrid Delagrange (Belgique)

  • 1987 : Linda Milo (Belgique)

  • 1988 (1 er janvier 1989) : Mary Chemweno (Kenya)

  • 1989 : Linda Milo (Belgique)

  • 1990 : Casandra (France)

  • 1991 : Zohra Roulou

  • 1992 : Margrave (Écosse)

  • 1993 : Saïda Kouhail (Maroc)

  • 1994 (1 er janvier 1995) : Elena Fidatov (Roumanie)

  • 1995 : Ayelech Worku (Éthiopie)

  • 1996 : Ayelech Worku (Éthiopie)

  • 1997 : Ayelech Worku (Éthiopie)

  • 1998 : Ayelech Worku (Éthiopie)

  • 1999 : épreuve annulée

  • 2001 (1 er janvier 2001) : Rakiya Maraoui (France)

  • 2001 : Inès Monteiro (Portugal)

  • 2002 : Inès Monteiro (Portugal)

  • 2003 : Merima Denboba (Éthiopie)

  • 2004 : Merima Denboba (Éthiopie)

  • 2005 (1 er janvier 2006) : Merima Denboba

  • 2006 : Nadia Ejjafini (Bahreïn)

  • 2007 : Nadia Ejjafini (Bahreïn)

  • 2008 : Sylvia Kibet (Kenya)

  • 2009: Sule Utura Gedo (Éthiopie)

  • 2010 : Sule Utura Gedo (Éthiopie)

  • 2011 : Margaret Muriuki Wangari (Kenya)

  • 2012 : Ruti Aga (Éthiopie)

  • 2013 : Berha Godfray (Éthiopie)

  • 2014 : Peres Jepchichir (Kenya)

  • 2015 : Zerfie Limeneh (Éthiopie)

  • 2016 : Viola Jelagat Kibiwot (Kenya)

  • 2017 : Stacey Chepkemb Ndiwan (Kenya)

  • 2018 : Gete Alemayehu (Éthiopie)