Vous êtes dans : Accueil > Vie du territoire > Finances locales > Budget 2015

Budget 2015

le 30 mars 2015

Vous trouverez ci-dessous le budget de la ville pour l'année 2015.

Dans le prolongement du débat d’orientation budgétaire, le budget primitif de 2015 a été adopté lors du conseil municipal du 12 février. Le budget de 2015 s’élève à 47 373 641 . Il se répartit comme suit : 9 523 908 en investissement et 37 849 733 en fonctionnement.

Parmi les principaux investissements en 2015, on peut citer :

Budget 2015 : dépenses d'investissement par secteur et dépenses de fonctionnement par secteur (Agrandir l'image). Budget 2015 : dépenses d'investissement par secteur et dépenses de fonctionnement par secteur

Budget communal : petit lexique

Les dépenses de fonctionnement

Les dépenses de fonctionnement se rapportent à tout ce qui permet au personnel, aux services et aux équipements municipaux de fonctionner. Cela intègre les salaires et les charges sociales des agents municipaux (plus de 600 personnes travaillent au sein de la collectivité), l’entretien des écoles maternelles et primaires, l’achat de fournitures ou de services, les subventions aux associations, les frais généraux de fonctionnement (électricité, téléphone, chauffage, balayage de la voirie, assurances…).

Les dépenses d’investissement

Les dépenses d’investissement correspondent à des dépenses affectant le patrimoine de la Ville comme les grands projets d’équipements qui engagent l’avenir de la commune. Elles sont principalement liées aux travaux, aux constructions et aux acquisitions de biens. Il s’agit, par exemple, de la restructuration d’établissements scolaires, d’équipements sportifs ou de petite enfance, de l’achat de terrains ou de bâtiments et du remboursement du capital des emprunts.

Les recettes

Les recettes, intégrées au budget, couvrent l’ensemble des dépenses, de « façon équilibrée et sincère » comme le spécifie la loi. Au premier rang des recettes figurent les impôts locaux que les Ovillois acquittent chaque année au dernier trimestre.

Autres apports, les dotations de l’État évaluées en fonction de différents critères dont celui de la population. L’aide principale est la dotation globale de fonctionnement (DGF) qui s’oriente actuellement à la baisse. Les autres recettes proviennent du produit des tarifs municipaux (restauration scolaire, centres de loisirs, crèches…), des subventions et des contributions des autres collectivités (conseil général, conseil départemental…).